Et d'ici là… surveillez vos écrans !

Jour J, une comédie attachante mais inégale (3.5/5)

4 min read
© Mandarin Production - Gaumont

© Mandarin Production - Gaumont

Après des semaines d’attente, c’est avec une certaine impatience que nous avons enfin découvert Jour J, le deuxième film de Reem Kherici.

Reem Kherici, son nom ne vous dit peut-être rien mais son visage, lui, vous est certainement familier, tant la jeune et jolie comédienne commence à accumuler les rôles dans des films grand public.

Ainsi, ces dernières années, on a pu l’apercevoir dans Neuilly sa mère, Débarquement immédiat ou bien encore mes Trésors (avec Jean Reno). Et donc, après un galop d’essai en 2012 avec le timide Paris à tout prix, cette comédienne devenue réalisatrice, a décidé de récidiver. Et devinez quoi ? Son nouveau film, Jour J, concerne le mariage.

Toi + Moi + ma maîtresse

Imaginez un type un brin immature, en soirée. Il rencontre une fille un peu exubérante, ils boivent, se chamaillent, se rapprochent et arrive ce qui doit arriver dans toute bonne comédie romantique.

Sauf que là, bon, ils finissent dans un véhicule un peu particulier, sous le regard malicieux d’une grenouille.

Jusque-là, ce pitch est tout sauf surprenant en comédie romantique. Sauf que ledit type est en fait avec une fille un peu folle et collante, pour ne pas dire « attachiante » et que donc, il a fauté et le regrette.

Pire, elle le découvre et, surpris, il se retrouve contraint de faire croire un gros mensonge.

Une chose en entraînant une autre, il se retrouve coincé entre sa future femme et sa maîtresse (devenant accessoirement wedding-planner dudit mariage).

Bien évidemment, les situations farfelues s’enchaînent et on ressent une certaine tendresse envers l’homme perdu, incarné avec brio par Nicolas Duvauchelle. Dans le rôle de la peste attachiante, c’est la pétillante Julia Piaton, qui devient quasiment incontournable dans le cinéma comique français actuel. Et puis, dans le rôle de la working-girl et maîtresse, on retrouve Reem Kherici, espiègle et dynamique à la fois.

Mariage sans raison, guests à foison !

Côté seconds rôles, on retrouve François-Xavier Demaison (toujours autant percutant), Chantal Lauby (parfaite en mère gaffeuse), Sylvie Testud (sublime) ainsi que le jovial Vincent Chaumont, avec qui notre monteuse a travaillé par le passé.

Pour les guests, on apprécie de retrouver Lionnel Astier (parfait dans tous ses rôles), les membres de la bande à Fifi (rôles poilants – que ceux qui ont compris le jeu de mots lèvent la patte !), le génial Arsène Mosca (bien trop rare sur les écrans en 2017) mais nous sommes très sceptiques sur la secrétaire, dont le ressort comique est sous-employé.

La Caverne du Sériephile tient à féliciter la responsable des costumes de la scène de début du film ainsi que celle des décors. Elle tient également à féliciter Reem Kherici pour sa direction d’acteurs, proche de celle de Judd Apatow : on constate aisément que toute cette troupe s’amuse beaucoup et d’ailleurs, le bêtisier fait chaud au coeur.

Des dialogues inégaux

Néanmoins, les dialogues ne sont pas toujours percutants et beaucoup de scènes censées être drôles n’ont guère fait rire les spectateurs présents et c’est fort dommage car le film a vraiment du potentiel.

Cependant, il y a quelques moments drôles et savoureux. Finalement, on rigole plus avec la catastrophe du premier mariage, la scène d’ouverture ou celles avec les deux homosexuels voulant se marier qu’avec les scènes dans la cuisine ou d’autres encore. Certaines scènes sont hyper-attendues, comme le manteau ou l’aller dans le train, mais bon, la comédie est sans nul doute le genre cinématographique le plus difficile à réaliser, d’après les témoignages de réalisateurs plus expérimentés.

Le twist final est assez surprenant, évitant de fait les clichés habituels de ce genre de film et c’est tant mieux.

La future Reem de la comédie ?

Comme précisé au début de cet article, j’ai, par moments, décelé une sorte de rythme à la Judd Apatow, génial réalisateur de comédies US, et du coup, il est logique de sincèrement estimer que Reem Kherici est faite pour la comédie.

Au final, on se retrouve avec une comédie légère, printanière, idéale pour des vacances et/ou décompresser en cas de mariage prévu cet été, au casting fort et avec une mise en scène plutôt réussie, réalisée par une femme sur qui il faudra désormais compter dans le paysage cinématographique français.

N.V

Note globale : 3.5/5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.