Et d'ici là… surveillez vos écrans !

Les Gardiens de la Galaxie, volume 2 Bienvenue chez ces b****** de Gardiens de la Galaxie ! (4.5/5)

6 min read
© Marvel Studios

© Marvel Studios

Dans les sagas cinématographiques, rares sont les suites aussi bonnes que les premiers opus.

Retour vers le futur, Gremlins, Terminator…les exemples sont légion.

Heureusement, il existe quelques exceptions, il est vrai, comme c’est le cas avec l’Arme fatale et dans le cas présent. Ici, c’est même encore meilleur que le premier opus !

Le titre a dû en choquer plus d’un et, à ce titre, l’équipe tient à vous rassurer : nous ne sommes pas devenus vulgaires; c’est juste une surprenante citation du film, « dite » par Groot.

Ce film est donc la suite d’un précédent opus sorti en 2014. Au casting de cette folle épopée galactique, on retrouve Christ Pratt, Zoe Saldana, Karen Gillan (Doctor Who), (la voix de) Vin Diesel, (celle de) Bradley Cooper, David Bautista, Kurt Russel et même Ben Browder (Farscape, Stargate SG-1).

Je s’appelle une équipe d’enfer !

Trois années après les péripéties du premier opus, nous retrouvons nos héros en sale pétrin. Suite à un larcin effectué par Rocket au détriment d’une peuplade très étrange, la team des Gardiens se retrouve traquée. Dans le même temps, Gamora doit affronter sa soeur et Peter Quill/Star-Lord, faire face à son père.

Trahisons, batailles épiques et rythme effréné : rien ne change dans la formule gagnante de cette épopée by Marvel.

On s’attache encore plus aux personnages principaux, déjà éminemment sympathiques dans le premier opus, et les personnages secondaires ne sont pas en reste.

Notre rédacteur a particulièrement apprécié Rocket (Sean Gunn pour les mouvements et Bradley Cooper pour la VO), son ton caustique ainsi que son évolution tout au long du film. Le petit raton-laveur/bête à poils n’hésite pas à montrer les crocs, notamment dans la scène de l’attaque du camp et dans la suivante, [SPOILER] lorsqu’il est capturé et torturé par les guerriers. [FIN DE SPOILER]. Enfin, il nous semble logique de parler de Baby Groot, dont les scènes d’importance sont en réalité peu nombreuses mais capitales. Il est attendrissant et son côté maladroit et stupide fait de lui qu’il est devenu malgré lui un puissant ressort comique de ce nouvel opus. D’ailleurs à ce titre, la scène d’intro est tout bonnement majestueuse et, pour être pleinement appréciée, mérite une deuxième (voire une troisième) vision…

Bien sûr, ce film étant une production Marvel, les clins d’oeil sont nombreux, avec Stan Lee as usual, la bande de guerriers menée par Sylvester Stallone et d’autres choses encore. Ne manquez pas, en particulier, les scènes avec la sublime Michelle Yeoh… Et comme c’est une production Marvel, il y a également beaucoup d’humour et les piques incessantes entre Drax, Rocket et Star-Lord sont un régal pour nos oreilles.

Un réalisme saisissant

Côté décors et effets spéciaux, c’est sublime et pas du tout à l’excès comme Valérian semble l’être, par exemple. Pas d’impression de carton-pâte ni de surenchère d’effets : tout semble couler de source et tellement réel…

Il y a bien quelques longueurs vers le milieu, notamment lors de la découverte de la planète mais cela n’entache en aucun cas la qualité du film. La relation entre Gamora et Star-Lord prend en outre un nouveau tournant et c’est probablement la partie la plus faiblarde de l’histoire.

Drax se rapproche d’une alliée potentielle, incarnée par la méconnue comédienne française Pom Klementieff. Star-Lord, de son côté, cherche à comprendre son passé et se retrouve face au(x) père(s)…

L’humour et la musique, omniprésents, sont tout à fait dans l’esprit du scénario concocté par James Gunn, à savoir une oeuvre sur la famille.

Humour et rock !

Toutes les dix minutes environ, les personnages se cherchent, se taquinent, se lancent des piques et parfois, cela entraîne de franches rigolades chez les spectateurs. En outre, le rappel constant de séries aujourd’hui considérées comme ringardes (Cheers, K 2000) et le fait que personne d’autre que Peter Quill/Star-Lord ne les connaisse, en fait un humour récurrent assez appréciable.

La musique, quant à elle, est enivrante et procure de francs moments de plénitude et de joie, même si, comme moi, vous n’êtes guère mélomane. Elle surprend par son côté rétro des 70’s et 80’s, à mille lieues du côté futuriste du film.

Les scènes de bataille, bien filmées, sont assez épiques et dans l’ensemble bien réalisées et le concept de « salle de combat virtuelle » de la « peuplade dorée » est très bien imaginé. Une réussite, là encore.

Il nous semble également opportun que l’un des personnages porte plainte contre sa mère, pour le nom qu’elle lui a donné, à savoir Taserface : allez voir le film et vous comprendrez aisément…Pour info, le personnage est interprété par Chris Sullivan, acteur connu pour ses prestations assez impressionnantes dans This is us, Stranger Things et The Knick.

Un doublage VF irrésistible

Le doublage français, de haute tenue, est relativement semblable au précédent. Il est à noter que Vin Diesel ne double plus Groot dans la VF comme c’était le cas dans le précédent opus et dont il faisait toutes les langues. Ici, c’est Guillaume Orsat (VF de Brendan Fraser, Vin Diesel, Dougray Scott, et l’autre voix de Dwayne Johnson) qui s’en charge et le boulot est bien fait.

Les cartons de doublage ne sont présents qu’à la toute fin du générique et ne reste qu’une seconde par carton, ce qui est assez irrespectueux concernant le travail fourni par l’équipe.

D’ailleurs, pour les néophytes qui voudraient en savoir plus, c’est quasiment mission impossible de noter les noms. J’ai fait le test et j’ai juste eu le temps de voir trois noms. Trois noms, sur une liste qui semblait en contenir au moins 25. Victoria Grosbois, Guillaume Orsat et Alain Dorval (VF de Stallone).

Heureusement, quand on connaît assez bien ce milieu, on finit par reconnaître les voix…

Ils sont nombreux, et pas des moindres, à avoir planché sur ce film, parmi lesquels l’excellent David Krüger (l’autre voix de Dwayne Johnson, qui pour l’anecdote n’a doublé Star-Lord qu’en deux jours : quel travail de titan !), Nathalie Karsenti, Sébastien Desjours, Julien Kramer, Hélène Bizot, Pom Klementieff elle-même, le rémois Frédéric Souterelle…et Alexis Victor, pour ne citer qu’eux.

D’ailleurs, je crois que je n’avais jamais entendu un doublage aussi génial de la part d’Alexis Victor, si ce n’est peut-être sur Zootopie. Il est vraiment en phase avec Rocket et on a l’impression que ce dernier prend vie grâce à cette pétillante voix.

Le doublage apporte tant à ce film…et au final, il est bien mal récompensé, car mal mis en valeur.

Bien sûr, les Gardiens de la galaxie, volume 2, étant un film Marvel, il est plus que conseillé de rester jusqu’à la toute fin du générique. Vraiment jusqu’au bout. L’éducation de Baby Groot en dépend.

Bon film !

Et évidemment, ce sera un film à acquérir d’urgence en DVD/Blu-ray lorsqu’il sortira, si vous voulez notre avis…

N.V.

Note globale : 4.5/5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.