Et d'ici là… surveillez vos écrans !

30 Jours max, chouette comédie-hommage aux 80’s, mais manquant d’un peu de piquant (3.75/5)

5 min read
© StudioCanal

© StudioCanal

Il y a quelques semaines est sorti, en version physique, le film 30 Jours max. Réalisé par Tarek Boudali, ce film n’a pas bénéficié d’une exposition correcte en salles, la faute au Covid-19. On fait le point.

Note globale : 3.75/5

La Bande à Fifi est à la comédie des années 2010 et 2020 ce que le Splendid l’était dans les années 70 et 80.

Autant dire que chacun de leurs films est (très) attendu par leurs fans mais aussi par le grand public.

Tarek Boudali, l’un des membres les plus influents et connus de la Bande à Fifi, avait déjà réalisé Épouse-moi mon pote en 2017. Le film, très drôle et réussi à nos yeux, n’a pourtant pas eu bonne presse. Le succès public a certes été au rendez-vous, avec 2 471 839 entrées (source : JP’s Box-office) lors de son exploitation en salles. Mais le film a souvent été décrié depuis, notamment sur les réseaux sociaux.

Tarek Boudali ne s’est pas démonté et il s’est ensuite attelé à l’écriture puis à la réalisation de son nouveau film, intitulé 30 Jours max. Le film, sorti fin 2020, n’a connu qu’une sortie limitée à cause du confinement automnal.

De quoi ça parle ?

Ici, on reste clairement sur une comédie policière avec, en prime, la traditionnelle romance entre le héros et une de ses collègues…

Rayane, incarné par Tarek Boudali, est un jeune flic maladroit et trouillard. Un jour, son médecin, joué par Philippe Duquesne, lui apprend qu’il n’a plus que 30 jours à vivre. Rayane va alors tout faire pour prouver à ses collègues et à la femme qu’il aime qu’il peut devenir un héros. Quitte à prendre tous les risques…

Évidemment, qui dit Tarek Boudali, dit Bande à Fifi, donc guests à foison. Outre les habituels larrons de cette bande de joyeux drilles tels que Philippe Lacheau, Reem Kherici et Julien Arruti, on a plaisir à (re)voir Nicolas Marié, Chantal Ladesou, José Garcia, Vanessa Guide ou encore Marie-Anne Chazel. D’ailleurs, cette dernière étant membre du Splendid, la « passation » du talent humoristique est ici évidente…

Des valeurs sûres du cinéma français, donc, qui sont là pour servir des dialogues ciselés plutôt bien trouvés. De même, les différents scènes s’enchaînent sans déplaisir et avec un certain rythme. Certains ont reproché au film d’être un peu trop vulgaire mais en réalité, il l’est bien moins que d’autres comédies et surtout, il ne l’est jamais gratuitement. On pourra également regretter une trop grand retenue dans l’humour absurde et une présence à l’écran trop réduite de Reem Kherici et de Julien Arruti…

Bande-annonce du film

© StudioCanal

La réalisation et certaines idées de mise en scène font penser aux films d’action des 80’s et on peut voir, en Rayane, un sorte de John McClane. Tête brûlée, impulsif et prêt à tout par amour, Rayane reste par contre incroyablement plus maladroit (et sensible) que son illustre prédécesseur.

La Bande des comédiens

L’autre comédien de la Bande à Fifi qui « phagocyte » beaucoup de scènes est Philippe Lacheau, digne héritier de l’inspecteur Clouseau (Peter Sellers), Frank Drebin (Leslie Nielsen) et de Mister Bean (Rowan Atkinson).

Si son personnage de flic semble au départ coriace et bien plus efficace que le personnage de Rayane, ça n’st plus le cas après la scène de prise d’otage au sein du commissariat. Malheureusement pour lui – et heureusement pour les téléspectateurs -, il subit revers sur revers et accumule les maladresses. C’est d’ailleurs à ce personnage que nous devons la majorité des scènes les plus hilares.

Et puis, évidemment, il y a Nicolas Marié, comédien méconnu du grand public alors qu’il a une filmographie et une voxographie aussi longues que le cou d’une girafe : la VF de Jarod (le Caméléon) et de Giles (Buffy contre les Vampires) bien sûr, mais aussi des rôles dans Gardiens de l’ombre et Adopte un veuf. Les cinéphiles les plus exigeants (ou les plus attentifs !) savent bien sûr que c’est l’un des fidèles du génial Albert Dupontel, car il a joué dans tous ses films ou presque, de 9 mois ferme à Enfermés dehors, en passant par Bernie. Et c’est d’ailleurs grâce à Albert Dupontel, qui l’a fait jouer dans Adieu les cons le rôle d’un aveugle très… particulier, que Nicolas Marié a reçu le César 2021 du meilleur acteur dans un second rôle pour Adieu les cons. Un prix plus que mérité au vu de son talent et de sa carrière déjà fort longue.

En s’entourant de guests qui ne sont pas réduits à de la simple figuration et en leur proposant de véritables moments à l’écran, Tarek Boudali humanise son film et cela confère à ce dernier une force supplémentaire.

Tarek Boudali a encore du travail pour devenir un grand réalisateur du niveau de Gérard Oury ou d’un Francis Veber, mais ses films ont du potentiel pour devenir de belles comédies populaires mûrissant avec l’âge et qui pouvant devenir, à terme, des modèles du genre.

Le Blu-ray

Note technique : 4/5

Vous pouvez vous procurer le film en Blu-ray ou en DVD dans vos magasins habituels, ainsi que sur Amazon notamment. Vu la sortie cinéma massacrée, c’est quasiment un achat obligatoire pour qui veut découvrir le film…

© StudioCanal
© StudioCanal

Les images sont belles et rendent parfaitement hommage au sujet et aux comédiens. Le son est surtout efficace dans la retranscription des ambiances, sans être exceptionnel pour autant. En effet, il ne se démarque pas particulièrement…

Avouons que la différence globale entre le DVD et le Blu-ray n’est toutefois pas flagrante.

En somme, on a là un film agréable à regarder, mais qui ne restera pas dans la légende et on espère que Tarek Boudali persévérera du côté de la réalisation…

N.V

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.