18 juin 2024

On regarde quoi à la TV, du 3 au 9 avril 2023 ?

0 0
Read Time:7 Minute, 19 Second

Le mois d’avril débute très bien, avec une jolie programmation télévisuelle, en lien pour partie, d’ailleurs avec Reims Polar 2023. Petite sélection.

Lundi 3 avril

Après avoir commis un braquage chez un criminel du nom de Jamal et avoir dérobé deux millions de dollars, Harry et ses complices sont tués dans la course-poursuite contre la police. Veronica, sa veuve, victime de pressions et d’un chantage de la part de Jamal, trouve alors le plan d’un braquage prévu par son défunt mari. Avec les veuves des membres de la bande, Veronica décide de commettre un braquage et de faire tomber Jamal.

© 20th Century Studios

Les Veuves est un film rythmé, efficace et porté par une distribution hallucinante : Viola Davis, Michelle Rodriguez et Colin Farrell sont de tous les plans ou presque, pour notre plus grand plaisir. Sans doute l’un des meilleurs films de braquage de ce début du 21e siècle. Steve McQueen confirme son talent pour la direction d’acteurs et la mise en scène déjà bien maîtrisés dans Twelve Years A Slave. Dommage que, depuis les Veuves, sorti il y a quasiment 5 ans, sa carrière semble au point mort, si ce n’est Small Axe en 2020, une minisérie bien trop didactique et transparente pour être intéressante.

France 3 – 21h10

Mardi 4 avril

Parce qu’il s’est opposé à une loi liberticide de surveillance, un député est assassiné sur ordre de Thomas Brian Reynolds, directeur adjoint de la NSA. Mais le meurtre a un témoin, et ce dernier, traqué par les tueurs, parvient à remettre l’enregistrement du meurtre à l’avocat Robert Clayton Dean, sans que ce dernier ne le sache pour autant. Bientôt traqué par les mêmes tueurs, l’avocat, ayant fini par trouver l’enregistrement, va devoir sauver sa vie et faire éclater la vérité au grand jour.

© Disney Company

Ennemie d’État est, sans conteste l’un des meilleurs thrillers politiques et technologiques de ces 50 dernières années, et le meilleur film réalisé par Tony Scott. Bien évidemment, certains aspects du scénario, très liés à la technologie, semblent désormais datés, mais la mise en scène efficace et maîtrisée, les dialogues ciselés et les multiples rebondissements permettant d’oublier en quelques secondes le « grand âge technologique » d’Ennemi d’État, là où un film comme Traque sur Internet, avec Sandra Bullock, a échoué. Et que dire de la distribution, aussi douée que crédible : Will Smith, Gene Hackman, Barry Pepper, Regina King et le regretté Tom Sizemore donnent tout. Ennemi d’État est un grand film hélas mésestimé en 2023. Vous avez, ce mardi 4 avril, la possibilité de (re)découvrir ce thriller d’exception, alors n’hésitez pas un seul instant.

NRJ 12 – 21h10

Mercredi 5 avril

Xavier est un jeune étudiant qui se rêve écrivain. Il a néanmoins une possible embauche au ministère des Finances. Pour cela, un ami de sa famille lui recommande de partir à l’étranger, en année Erasmus, afin de perfectionner sa maîtrise des langues étrangères. Xavier part donc à Barcelone, et finit par se retrouver dans un appartement en colocation avec quatre jeune étudiants étrangers venus de toute l’Europe : Wendy est anglaise, Alessandro italien, Soledad espagnole, Tobias allemand et Lars, danois. Tout ce petit monde va devoir cohabiter, malgré de franches différences culturelles ! Dépaysement et rires garantis !

L’Auberge espagnole est le premier opus d’une trilogie cinématographique cinématographique réalisé par Cédric Klapisch et une série, Salade grecque, sera diffusée sur Prime Video à compter du 14 avril. L’Auberge espagnole avait, à l’époque de sa sortie, fortement marqué les esprits, grâce à son inventivité scénaristique, la fraîcheur de sa distribution internationale et sa drôlerie. Il n’a pas vraiment bien vieilli, même s’il reste un très bon film. Il mettait vraiment l’accent sur une jeunesse insouciante, libre et pétillante. Les Poupées russes, le deuxième opus, était dans la même veine. Sorti bien après, Casse-tête chinois n’a, à l’époque, pas reçu le même accueil public comme critique. Reste que cette trilogie a permis à Romain Duris d’affirmer sa notoriété et de lui permettre de travailler sur de très bons films tels que l’Arnacoeur, Iris, Un petit boulot, Dans la brume et, plus récemment, le dyptique les Trois Mousquetaires.

Arte – 20h55

Jeudi 6 avril

John est un ingénieur dont la vie de famille est en train de sombrer. Il essaie tant bien que mal de recoller les morceaux avec Allison, sa femme et de protéger de toute cela leur fils Nathan, diabétique. Une comète menace soudainement la Terre. John décide de mettre sa famille à l’abri.

A Atlanta, en Géorgie, John Garrity, ingénieur structure, tente de sauver son mariage avec sa femme, Allison. Tous deux s’apprêtent à fêter avec leur fils Nathan, diabétique, et leurs voisins, le passage de Clarke, une comète interstellaire, découverte quelques semaines plus tôt par la NASA. Mais tandis que l’heure de la fête approche, John est averti d’une menace imminente par la présidence des Etats-Unis. La comète est sur le point de frapper la Terre et John et sa famille doivent immédiatement se mettre à l’abri.

Greenland, le dernier refuge, est un film catastrophe très surprenant, car pas du tout dans les standards du genre : il déstabilisera plus d’un amateur du genre, à n’en pas douter. Un film catastrophe plutôt sobre, bien éloigné des visuellement époustouflants 2012 ou le Jour d’après. Ici, c’est clairement le côté psychologique du personnage principal plus que les effets spéciaux qui sont au coeur du récit, et Gerard Butler se débrouille plutôt bien. Le film ne souffre d’aucune longueur et même la fin, bien qu’assez classique, est assez crédible et solide pour faire de ce film une réussite, même si on aurait en effet aimé un peu plus de souffle épique et de décors « troublés » comme dans le magistral Jour d’après.

TMC – 21h25

Vendredi 7 avril

En janvier 2015, Fred, policier à l’anti-terrorisme, loupe, à Athènes, l’arrestation du terroriste Abdelhamid Abaaoud, lors d’une opération de police internationale. Dix mois plus tard, le 13 novembre, une série d’attentats frappe la capitale, endeuillant de nombreux Français. Bien vite, l’anti-terrorisme met en place des écoutes policières et des filatures afin d’identifier les complices des terroristes. Il s’avère qu’Abdelhamid Abaaoud est l’un de ces complices. La traque policière commence…

© STUDIOCANAL

Novembre est un polar d’action tiré de faits réels dramatiques réalisé par Cédric Jimenez. Le président du jury compétition de Reims Polar 2023 a réussi le pari assez insensé de faire un film fort et pudique à la fois, sur un sujet aussi sensible et dont les tragiques évènements ont eu lieu il n’y a pas si longtemps. Une magistrale plongée dans le difficile métier de l’anti-terrorisme, le temps d’une traque. Jean Dujardin est parfait dans son rôle de flic torturé mais déterminé à faire tomber les complices des terroristes du 13-Novembre. Un film essentiel à visionner.

Canal+ – 21h09

Samedi 8 avril

Dans une luxueuse villa en bord de mer, une jeune femme plutôt modeste retrouvé une étrange famille, entre un père inconnu très riche, son épouse, sa fille ou encore une adore rebelle… Entre mensonges et secrets, le mal finit par se répandre.

© The Jokers Films

L’Origine du mal est un thriller passionnant aux multiples rebondissements. La distribution n’est pas en reste, avec Jacques Weber, Laura Calamy, Dominique Blanc et Suzanne Clément. Il est à signaler que le film est programmé durant Reims Polar, du 4 au 9 avril, et que Sébastien Marnier, le réalisateur, recevra le prix Claude-Chabrol 2023 lors du festival. Jacques Weber, déjà invité lors de Reims Polar 2022, sera à nouveau présent cette année.

Canal+ – 21h07

Dimanche 9 avril

En 1625, le jeune Gascon D’Artagnan monte à Paris dans l’espoir d’intégrer le corps des Mousquetaires et de servir Louis XIII. Chemin faisant, il tombe dans une embuscade des gardes de Richelieu, qui lui subtilisent sa lettre de recommandation. Peu après, il se querelle avec trois soldats. Il s’avère qu’il s’agit Athos, Aramis et Porthos, les Trois Mousquetaires…

S’il paraît évidemment daté puisque réalisé au début des années 60, les Trois Mousquetaires : les ferrets de la reine reste un agréable film plein de charme et impressionnant, encore aujourd’hui. La distribution, plutôt inégale, peut heureusement compter sur la défunte reine du doublage Perrette Pradier, Georges « Arsène Lupin » Descrières et Jean Carmet pour rehausser le niveau et assurer un jeu d’acteurs plutôt crédible. Mylène Demongeot, qui rêvait de tourner cette adaptation, déçoit très largement dans le rôle de Milady de Winter, qu’elle n’a pas su incarner à la hauteur de l’emblématique antagonisme féminin du roman. Dommage. Néanmoins, cette adaptation plutôt fidèle du classique d’Alexandre Dumas fait sans doute partie du Top 5 des adaptations existantes, tous supports confondus…

C8 – 21h10

Et vous, qu’avez-vous prévu de regarder ? Dites-le nous dans les commentaires !

N.V

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

About Author

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.