Chronique LCDS S5E03 du 19/09/16 (Quarry, Toril, Emmy Awards)

Au programme de cette chronique :

Pour ce nouvel épisode, la Caverne du Sériephile s’est intéressée à la cérémonie des Emmy Awards.

Outre le succès somme toute logique de Game of Thrones, saluons le début de reconnaissance méritée de Rami Malek. Cet acteur, déjà vu dans Over There, 24 ou bien encore les 3 films de la Nuit au Musée, est magistral en tant que hacker hautement perturbé dans le très bon Mr. Robot.

Il ets à noter que Quotidien n’a pas compris la référence faite par Rami Malek lors de son discours de remerciements : l’équipe du Petit Q, emmenée par Willy Papa, n’a visiblement pas regardé cette sublime série…

Tout le palmarès (nommés et vainqueurs) est visible sur le site officiel de l’événement.

La Caverne du Sériephile s’est aussi penchée sur le film Toril, récemment sorti au cinéma.

L’histoire ? Un jeune homme se reprend en main après la tentative de suicide de son père. Pour sortir des déboires familiaux, il se lance dans le trafic de drogues. Mais une fois entré dans ce milieu, difficile d’en sortir comme ça.

Dans le rôle du fiston, Vincent Rottiers livre une très bonne performance, comme à son habitude.

Déjà, dans le Passager ou bien Je suis heureux que ma mère soit vivante, il était remarquable et marquait alors le cinéma français de son empreinte.

Mais celui qui nous étonnera décidément toujours (et toujours en bien, ce qui n’est pourtant pas chose aisée), c’est le comédien qui joue son père : Bernard Blancan.

Comédien qui joue à fond la carte de l’authenticité, il est parfait en paysan bourru et au bout du rouleau dans Toril.

Mais Bernard Blancan, ce n’est pas que cette étonnante performance. Il a joué dans de nombreux films et séries et vous avez sûrement déjà vu sa tête dans Un Village français, par exemple…

Il est également écrivain pendant son temps libre et vous pouvez (re)découvrir tous ses articles sur son site officiel : dynamisme et plume acérée sont au rendez-vous !

Enfin, on parle de Quarry, série sur le retour au pays d’un soldat après la Guerre du Vietnam. Son retour ne se fait toutefois pas sans douleur.

De retour à Memphis, Mac Conway, soldat d’élite, se retrouve confronté à un groupuscule criminel qui souhaite le recruter en tant que tueur à gages.

Malgré un pilote assez poussif et longuet, la série parvient néanmoins à convaincre au fil de la saison.

Dans le rôle principal, Logan Marshal-Green, aperçu dans Band of Brothers, 24 ou bien encore Prometheus. Il est un peu fade et manque de charisme mais joue convenablement.

Dans l’un des rôles appelés à prendre une grande importance au fil de la saison, notons la présence de l’ex-champion de BMX, Kurt Yaeger.

Devenu handicapé après un accident, Kurt se surpasse dans chacun de ses rôles. Ici, il transcende littéralement la série dans le rôle de Suggs.

La Caverne du Sériephile l’a interviewé tout début octobre et son interview va bientôt être retranscrite ici-même : restez branchés !

http://www.dailymotion.com/video/x4sxujn_quarry-des-le-10-septembre-en-us-24-sur-ocs-choc_tv

 

La série est diffusée sur OCS Choc en US+24

© HBO - OCS
© HBO – OCS

 

 

 

 

 

 

Cette chronique a été diffusée le 19 septembre 2016 et rediffusée le 20 sur RJR Radio Jeunes Reims.

Merci à Leila de Bubbling Bulb et à HBO.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.