19 juin 2024

Blunt talk (événement saison 1 inédite dès le 3 janvier sur OCS City)

0 0
Read Time:2 Minute, 14 Second

La télévision aime se moquer d’elle-même.

La dernière preuve en date ? Blunt talk.

Blunt talk, c’est l’histoire d’un présentateur-star britannique, Walter Blunt, qui voit ses audiences chuter.

En plus, il est accusé d’avoir agressé une prostituée et des policiers au sortir d’une soirée un peu trop arrosée. C’est le début d’une descente aux enfers, d’autant que Blunt est fortement porté sur l’alcool et les médocs, ce qui n’arrange rien à son affaire !

Imaginée et créée par Jonathan Ames (Bored to Death), la série met donc en avant la télévision et ses dérives, là où Bored to Death tentait plus ou moins habilement une immersion dans le monde de la littérature.

Pour pimenter le tout, Blunt est constamment accompagné de son valet, un ancien militaire très érudit, autant adepte de « Rabelais, Winnie l’ourson ou le Coran ».

Les dialogues sont ciselés, voire corrosifs et politiquement incorrects comme, dans le pilote, le désormais fameux « j’ai un clitoris de 20 centimètres, ça vous embête ? », qu’annonce une prostituée à Blunt, qui lui rétorque « Pas du tout. Je suis Anglais ».

La série est brillamment portée par le formidable Patrick Stewart, éternels capitaine Jean-Luc Picard (Star Trek : la nouvelle Génération) et Professeur Xavier (la saga des X-Men au cinéma), qui donne à William Blunt une humanité et un humour décapant.

Le voir grimacer, notamment dans le pilote, est un pur bonheur.

En fait, on ne croirait vraiment pas que ce vénérable acteur est âgé de 75 ans, tant il agit comme un gamin dans cette série et ce, pour notre plus grand bonheur (et le plus grand malheur pour ses confrères, son valet et les USA). Il faut le voir s’agiter dans tous les sens, maugréant quand il essaie de s’extirper de la voiture de son valet ou qu’il combat ce dernier à coup de bambou, de bon matin.

La présence de Brent Spiner (Data dans ST : LNG), en guest, est également une bonne surprise.

La série, qui se veut une comédie à part entière, fait naturellement penser à The Office version UK (la version originelle, donc, avec Ricky Gervais) et c’est un (très) bon point.

Une comédie aussi drôle, acerbe et malgré tout, crédible, c’était une chose rare sur les écrans télévisuels, ces derniers mois.

Les rares longueurs et baisses de rythme n’empêchent pas de savourer chaque épisode : après tout, même Friends, série pourtant culte, a ponctuellement connu des baisses de rythme…

Starz, chaîne à l’origine de la série, a eu le nez creux en proposant cette série.

Blunt talk, une autre vision de la TV, bientôt sur vos écrans.

Saison 1, dès le 3 janvier, OCS City, 20h40, à la demande sur OCS Go 100% Cinéma Séries

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

About Author

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.